Presse

La Libre – Supplément Immo 24-01-13

  • 24 janvier 2013

La Libre - Quentin Halot

Source : « La Libre Immo, supplément à La Libre Belgique, n°178, parution le 24/01/13 – © IPM – Tous droits réservés. »

Quand le jardin s’invite côté cour

Quentin Halot est un créateur d’espaces verts. Horizontaux, bien sûr, mais aussi – et c’est là son originalité – verticaux. La façade végétalisée du Belliard 14 a révélé, en 2009, sa jeune entreprise. Qui connaît un succès grandissant.

On connait, bien sûr, le flanc luxuriant du musée du Quai Branly (2006), à Paris. Et, chez nous, on a sûrement déjà aperçu, en prenant son mal en patience dans les files de la rue Belliard, la façade rythmée de verdure de son célèbre n° 14 (2009 – photo de Une). Leur auteur, le botaniste français Patrick Blanc, est internationalement reconnu. Une notoriété dont a bénéficié la petite main qui, patiemment, plant par plant, a façonné ce jardin vertical, et en assure, par ailleurs, l’entretien.

En Belgique, une poignée d’entre nous s’est spécialisée dans cette niche, confie le Namurois Quentin Halot (29 ans), dont l’entreprise d’aménagement d’espaces verts existe depuis 2002 (la branche des jardins verticaux, elle, date de 2005). Depuis cinq ans, les commandes de murs végétalisés ont crû, jusqu’à représenter 30 % de notre chiffre d’affaire.” Un effet de mode doublé d’une prise de conscience écologique. “Ce genre de réalisations gagne en popularité auprès des entreprises”, qui surfent sur la vague verte pour améliorer leur image de marque. Qu’il soit développé en intérieur ou en extérieur, le concept bourgeonne partout en Belgique.

Formé à l’institut horticole de Gembloux, le jeune homme est rapidement captivé par ces idées novatrices. Et s’adjoint, dès ses débuts, les compétences d’un bureau d’architecture belge “qui a beaucoup investi dans la recherche.” Car, en plus de leurs qualités esthétiques, “les jardins verticaux ont de multiples propriétés : isolation thermique et acoustique, épuration de l’air comme des eaux de pluie, création de relais pour la biodiversité…

Outre le choix des plantes – “très peu d’espèces à floraison si le mur est intérieur, où l’on joue alors sur la couleur des feuillages, mais des combinaisons infinies en extérieur” –, l’expertise de Quentin Halot et son équipe s’exprime également dans la pose de ces compositions végétales. “Soit en installant des modules remplis d’un mélange terreux, soit en fixant une plaque de PVC agrémentée de deux couches de feutre sur lesquelles sont directement agrafées les plantes. Dans les deux cas, il faut également mettre en place un système automatique d’irrigation, géré, pour les grandes structures, par ordinateur.” C’est la solution du PVC (brevetée par Patrick Blanc) qui a été choisie pour le Belliard 14.

Ceci étant, la formule a de plus en plus d’échos, y compris auprès des particuliers. “En 2012, on nous a contactés une fois par mois pour un nouveau chantier !”, se réjouit Quentin Halot. Coût de pareille installation ? “Entre 800 et 1 400 € du mètre carré pour la pose, plus un forfait d’entretien à la carte.

Frédérique Masquelier

www.quentinhalot.be